dimanche 7 septembre 2008

Le réfectoire du collège



Fondé en 1245, le collège des Bernardins était destiné à l'enseignement des religieux de l'ordre de St Bernard. Le mur de 8 mètres de haut qui l'entourait à l'époque, leur évitait la tentation d'aller se promener en ville.
Son réfectoire (80 mètres de long sur 15 de large - salle de belle dimension pour un collège qui n'accueillait qu'une vingtaine d'élèves) a été restauré et ouvert au public ce week-end dans le cadre de journées portes ouvertes. Depuis 1845 il était occupé par une caserne de pompiers.

Situé dans le 5° arrondissement de Paris, non loin de l'institut du monde arabe, il sera ouvert au public le 15 septembre.

13 commentaires:

claude a dit…

Bon ! Après avoir vu l'intérieur chez Peter, je vois l'extérieur chez toi. C'est un beau bâtiment. Il a été occupé par des gens qui pouvaient prendre soin de lui en cas d'incendie.

ALAIN a dit…

Je peux pas lutter contre Peter, il est trop fort.

Bergson a dit…

j'ai entendu qu'il serait toujours ouvert au public ?

hpy a dit…

Avec une vingtaine de personnes supplémentaires dans la rue cela aurait été la cohue.

Olivier a dit…

cela me rappelle un certain autre blog ;o)). c'est le marronnier du weekend ;o))

Peter a dit…

Comme je ne travaille pas ; j’ai pu aller vendredi. La queue faisait 200 m, mai elle avançait rapidement – 20 minutes. Il est magnifique ce bâtiment !

Daniel a dit…

Très bel édifice.
Vive la vie monacale ;-))))

alice a dit…

Les Bernardins, c'est aussi le nom d'un très bon restaurant de poisson à NYC, tenu par des Bretons de Séné. Il est midi passé, je m'égare ;-)

Fifi a dit…

Chouette de découvrir Paris à travers votre regard et d'avoir envie d'en savoir plus !
Un lieu de beauté qui promet de redevenir un haut lieu culturel !
Merci Alain pour cette découverte !

Marguerite a dit…

Félicitation Alain pour la haute élévation de ton blog
Je ne puis croire toutefois que ces hommes de foi aient eu besoin d'un mur pour les empêcher d'aller courir le guilledou à Paname, ou était ce encore Lutèce ?
Car les murs c'est une chose, mais les hommes en dedans des murs une autre
Connais tu la différence entre les règles de St Bernard et celles de St Benoit ? Peux tu nous éclairer ?
PS : je suis en pleine crise mysthique en ce moment.

Flo de Sendai a dit…

Ah, vous tous, veinards, qui flanez dans Paris....avec mon mari, on en reve !!!
Le 15, c'est bientot, tu nous feras un nouveau reportage ?

Bisous de Flo !

claude a dit…

Je suis effectivement une Castélorienne , mais d'adoption seulement, car je suis une parisienne, dans le coeur et dans l'âme. J'habite en sarthe depuis 1963 mais mes racines sont là-bas. A croire que j'ai Paris dans mes gènes.

Dorothee a dit…

Merci Alain de nous faire découvrir ce haut lieu de Sainteté du quartier latin qui etait tombé dans l'oubli. J'adorerais le visiter!
J'ignorais qu'il y avait autrefois un mur de 8 mètres de haut pour empêcher les cisterciens de se "faire la belle"! ;-) Et je comprends mieux pourquoi cet edifice a servi comme prison pour galériens plus tard.

Merci aussi pour ton commentaire pertinent et plein d'humour sur mon blog. En effet, avec le "petit-lait" on est loin de l'expression "boire du petit-lait" et donc de l'idée de « jubi-lait » comme tu l'évoques avec beaucoup d'esprit :-)